AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

(JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 10:55



HODGKIN, Janelle Appoline
friendly reminder that ... everyone is naked under their clothes. (lol)

Nom Hodgkin, oui oui j'ai bien le nom d'un cancer... Je trouve ça presque classe tien. Ca doit avoir une signification spirituelle. PRÉNOM Janelle Appoline. Janelle signifie Dieu fait grâce. Je le trouve plutôt jolie, mais je préfère que les gens m'appellent "Jane" c'est plus court. Appoline me vient de ma grand-mère maternelle, qui était française. Mais on s'en fiche complètement de celui-là puisque personne m'appelle Appoline. ÂGE 18 ans 3/4, je suis de fin d'année. Je suis née le 31 décembre 1993 Métier/études Je prends des cours de médecine et sinon mon oncle me paie tout ce que je veux. NATIONALITÉ Australienne LIEU DE NAISSANCE Melbourne CARACTÈRE Bavarde, confiante, courageuse, curieuse, discrète, distraite, fêtard, fidèle, imaginative, indépendante, intelligente, jalouse, rêveuse, sociale. PÊCHÉ MIGNON La photo, elle ne peut pas s'empêcher de prendre des photos de tous et tout le monde. SITUATION SOCIALE Célibataire SITUATION FINANCIÈRE Aisée GROUPE come knock on my door CRÉDIT TUMBLR SCÉNARIO MARLON chéried'amûûûr avatar AnnaSophia sexyblondie Robb

Janelle adore les surnoms, elle répondra à tous les surnoms possible et imaginable. (Jane, Anne, Annie, Ana, Nell, Neli, Nelya, Elle...) soyez imaginatif. Elle adore donner des surnoms à ses amis Même si sa mère s'appellait elle aussi Jeanne, la jeune fille ne s'énervera pas si vous l'appelez Jane. Même si elle déteste sa mère, la jeune fille trouve que la jeune femme avait de la chance d'arriver à faire ce qu'elle a fait. (savoir tout quitter pour commencer une nouvelle vie.) Elle vit actuellement chez son oncle depuis la mort de sa mère, il y a à peut près cinq ans. Personne ne sait de quoi sa mère et son père son mort. Le chiffre 7 a une signification très spéciale pour la jeune fille. Elle vit au jour le jour et ne planifie que très rarement ce qu'elle va faire. Ses parents ne lui manquent pas vraiment. Elle croit en la réincarnation. Elle ne croit, pourtant, que ce qu'elle voit. Elle ne croit pas en l'amour, pour elle l'amour tue. Elle n'est jamais vraiment sortie avec quelqu'un, elle privilégie les coups d'un soir. Elle a une grande imagination et ne prend rien au sérieux. Elle donne très vite sa confiance. Elle sait surfait depuis qu'elle a cinq ans, c'est son père qui lui a appris. Elle a deux tatouages. Un avion sur le biceps et des oiseaux qui s'envolent sur les côtes. Elle est fascinée par les gens, elle peut observer ses amis pendant des heures à simplement essayer de comprendre qui ils sont vraiment, même si elle n'est pas très forte à ce jeux. Elle veut devenir médecin simplement parce que ça voulait voulait qu'elle fasse ce métier.



Spoiler:
 


Dernière édition par Janelle A. Hodgkin le Jeu 1 Nov - 15:03, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 10:57

une page d'histoire



❝Saviez-vous que le mot kangourou signifie "Qu'est-ce que vous avez dit?"❞
Australie - Melbourne.

L'Australie, Melbourne. Le bout du monde pour une petite française. Certains rêvent de parcourir les Etat-Unis à bord d'une simple voiture avec une bande de pote, d'autres rêves des déserts aride du bout du monde. Parce que l'Australie c'est le bout du monde, un autre monde a porté de main. Il suffit de se décider, de monter dans cet avion et de simplement se laisser porter par les vents, en espérant qu'ils vous soient favorables.
Jeanne était l'une de ces personnes qui ne prévoient pas sa vie à l'avance, elle vit au jour le jour. Si aujourd'hui elle décide de monter dans un avion à destination de l'Australie elle le fera sans aucune hésitation. C'est d'ailleurs ce qu'elle fit, un matin d'avril. Elle avait préparé sa valise la veille et était partie dès l'aube pour l'aéroport. Elle quittait sa petite ville du sud de la France, pour la chaleur et les magnifiques paysages Australiens. En réalité elle ne savait pas du tout où elle allait. Elle avait mis tout un tas de vêtements dans sa valise sans avoir décidé où elle allait. Une fois devant le grand panneau d'affichage de l'aéroport montpelliérain elle avait murmuré un nombre et prit le septième vol affiché sur le panneau : Sydney. Le vol se passa plutôt bien dans l'ensemble. Elle ne stressait pas. Elle était en train de partir à l'aventure, elle se jetait dans l'inconnu sans savoir où elle allait atterrir. L'avion se posa finalement de l'autre côté de la terre, après de nombreuses escales plus ou moins longue. Elle prit le temps de savourer la chaleur, l'ambiance qui régnait dans l'aéroport australien. Pour la première fois depuis son départ elle était excitée à l'idée de commencer une nouvelle vie. Elle se remémora sa vie d'avant.
Elle n'avait rien de spécial, elle venait de terminer ses études de psychologie. Elle ne savait pas du tout quoi faire de sa vie. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait fait ces études là. Après tout comment peut-on savoir à seulement dix-neuf ans ce que l'on veut faire de sa vie ? Alors, elle avait fait appel au hasard. Elle avait choisi la septième fac de sa ville natale, Montpellier, et prit la septième discipline proposé : Psycho. Cela avait l'air marrant. Elle avait eu son diplôme et maintenant elle était perdue.
La jeune femme sortit de l'aéroport à la recherche d'un taxi. Il y en avait de partout. Des gens se précipitaient dans les véhicules comme si leur vie en dépendait. Jeanne s'avança vers l'un deux, avant de se faire bousculer par un jeune homme, qui lui vola le taxi sans aucun scrupule. Jeanne haussa les épaules, elle s'en moquait. Si elle se l'était fait voler c'était parce que le destin voulait qu'elle prenne une autre voiture. Finalement elle monta à bord d'une voiture blanche. Le chauffeur se retourna, salua la jeune fille et lui demanda avec un fort accent : « Où est-ce qu'il faut vous déposer ma p'tite dame ? » Jeanne sourit et répondit : « Et vous, vous allez où? » Le chauffeur fut surpris de cette réponse. Alors, Jeanne reprit : « Dites-moi dix noms de ville Australienne où vous pouvez vous rendre. Je choisirais. » Le chauffeur, qui ne comprenait pas trop ce qui lui arrivait, commença à énumérer les noms des villes du pays : « Sydney, Perth, Brisbane, Adelaide, Townsville, Wollongong, Melbourne, Mackay, Darwin et Wagga Wagga. » Le dernier nom fit rire la jeune fille qui trouvait cela assez amusant de vivre dans une ville nommée Wagga Wagga. Mais elle ne céda pas et lança : « La septième ville que vous avez dit, Melbourne. » Elle avait compté afin d'être sûre que c'était bien dans cette ville qu'elle allait partir. Le chauffeur sourit et commença à rouler vers la ville de Melbourne.
Le chauffeur s'arrêta devant l'aéroport de Melbourne afin que sa cliente puisse le payer et sortir de la voiture. Une fois que Jeanne fut sortie de la voiture elle observa la ville. Elle ne savait pas du tout où aller. C'était grand et déroutant. Elle commença à marcher en comptant ses pas mentalement. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept... Elle venait de rentrer dans quelqu'un. Elle leva la tête, le jeune homme qui lui avait volé son taxi. Elle se mit à rire doucement, le jeune homme ne comprenait pas trop pourquoi, mais il rit lui aussi de bon coeur. Finalement Jeanne dit : « C'est une sacré coïncidence de vous rentrer dedans, ici, alors que vous m'avez volé mon taxi tout à l'heure. » « Oui, c'est sûr. » « Je m'appelle Jeanne » fit la jeune femme qui commençait à sentir que la conversation n'allait pas durer très longtemps. « Beau. » répondit simplement le jeune homme. « Beau ? Beau, c'est amusant. Dans ma langue maternelle cela veut dire beautiful. » remarqua la française. « Et Kangourou signifique ''qu'est-ce que vous avez dit''. » expliqua le jeune homme. « Fascinant. » « Et qu'est-ce que vous faites ici, Jeanne ? » « Honnêtement ? Je ne sais pas. Je vais commencer par me chercher un hôtel et j'improviserais » Beau sourit avant de proposer à la jeune femme de passer la nuit chez lui pour commencer, et qu'il l'aiderait dans toutes les démarches pour pouvoir rester.
Malgré cette rencontre inattendue, les deux jeunes adultes s'entendirent rapidement très bien, peut-être trop bien.



❝Tu savais toi que les hôpitaux étaient ouvert tous les jours, même le jour de l'an ?❞
Australie - Melbourne.

Une invitation à passer la nuit chez un inconnu rencontré dans un aéroport peut rapidement prendre des proportions démesurées si on ne fait pas attention. Pourtant, Jeanne aurait dû faire attention ce soir-là, vraiment. Sans s'en rendre compte son petit voyage au bout du monde allait rapidement se transformer en pure enfer. Elle passa la nuit, une douce nuit comme on en fait plus, dans l'appartement de Beau, le jeune homme rencontré quelques heures plus tôt. Après quelques verres, sans qu'ils s'en rendent compte ils étaient dans la chambre du jeune homme à faire la plus belle chose qui soit. Jeanne n'était pas là pour ça, pourtant cela ne la dérangeait pas tellement. De toute manière cela ne signifiait rien, absolument rien. Ils étaient jeunes, ils avaient la vie devant eux et rien qui les retenaient. Alors, pourquoi ne pas s'amuser ? Le matin, Beau avait aidé sa nouvelle amie à trouver un logement, un travail. Beau avait été vraiment très gentil avec elle.
Quelques semaines passèrent, la jeune femme avait commencé sa petite vie. Pourtant, elle se rendit rapidement compte que quelque chose n'allait pas. Elle voyait toujours Beau assez souvent, c'était son seul ami à Melbourne, et elle lui fit part de ses problèmes. Des nausées, elle était constamment fatiguée, elle ne se sentait pas bien du tout. Beau l'amena donc chez son médecin qui fit tomber un diagnostique qui choquèrent autant Jeanne que Beau. Aucun des deux ne s'attendaient à avoir un enfant. Et pourtant, un petit-être était bel et bien en train de grandir dans les entrailles de la jeune femme. Et même si la jeune femme supplia le docteur de lui enlever le bébé qu'elle avait dans son ventre, cela n'était plus possible. Le destin avait fait son chemin et maintenant Jeanne en payait le prix. Elle allait devoir élever un enfant avec un parfait inconnu rencontré devant un stupide aéroport australien. Elle n'en voulait pas de cet enfant, il n'était même pas né que déjà elle le haïssait de toutes ses forces. Ce n'était pas possible, elle ne pouvait pas, sa vie ne pouvait pas basculer de cette manière là, pas maintenant.
Les mois passèrent et la jeune femme était toujours aussi mal à l'idée d'avoir un enfant. Elle avait maintenant emménagé chez Beau, qui prenait soin d'elle. Contrairement à elle, le jeune homme trouvait pas mal l'idée d'avoir un mini-lui qui allait bientôt voir le jour. Il devait arriver à la fin de l'année. Un miracle de Noël allait devoir avoir lieu si l'enfant voulait voir le jour et commencer sa vie dans les meilleures conditions.
Le jour de l'an était arrivé à Melbourne. Cela faisait maintenant neuf mois que Jeanne était arrivé en Australie et surtout neuf mois qu'elle sentait grandir en elle quelque chose dont elle ne voulait pas. Les parents du futur enfant ne s'aimaient pas comme ils auraient dû s'aimer. Lorsqu'un enfant arrive dans sa famille, son nouveau foyer, cela doit être un événement heureux autant pour le papa que pour la maman. Et pourtant dans la famille Hodgkin ce n'était pas le cas. Jeanne ne voulait pas de cet enfant, tandis que Beau supportait de moins en moins l'attitude de la personne qu'il avait accueillit chez lui quelques mois plus tôt. Mais il n'avait pas le choix, ils avaient donc passé un pacte stipulant qu'ils devaient rester pendant un minimum de sept ans, quoi qu'il arrive. Et si dans sept ans ils n'arrivent toujours pas à se supporter, alors ils se quitteraient d'un commun accord. Jeanne avait évidemment eut l'idée de cet accord.
Le matin du trente et un décembre, Jeanne avait eu des contractions. Elle s'était levée, avait fait le tour du lit se fendant de douleur. Elle savait que ce moment devait arriver, pourtant elle n'en avait pas envie. « Le monstre ne va pas tarder ! Je le sens ! » gémit Jeanne. Beau roula des yeux et commença à chercher la valise qu'ils avaient préparée pour l'accouchement. « Laisse tomber ! Les hôpitaux ne sont même pas ouvert le jour de l'an. Je vais devoir accouché seule dans cette vielle baraque, si ça se trouve le bébé va crever et nos vies n'en seront que meilleur ! » reprit la jeune fille, une once de bonne humeur dans la voix, de quoi énerver un peu plus le futur papa. « Dis pas de connerie tu veux. Évidemment que les hôpitaux sont ouverts le jour de l'an ! C'est toi aussi qui vit au fin fond du monde. » « Commence pas à parler comme ça de la France ! Sinon je dégage d'ici ! » « On a un accord je te rappelle. » Jeanne lança un regard noir au jeune homme avant de ressentir une nouvelle contraction.
L'accouchement fut pire que ce que Jeanne avait pu imaginer. Mais maintenant une petite fille était venue s'ajouter dans la vie des deux jeunes adultes. Beau la trouvait magnifique, Jeanne lui trouvait un air d'alien. Il était heureux, elle ne l'était pas du tout. Ils n'étaient jamais contents de toute manière, ils n'avaient rien en commun si ce n'est qu'un petit ange qui était tombé au mauvais endroit, au mauvais moment.



❝Maman, pourquoi avec papa vous ne vous aimez plus ?❞
France - Montpellier.

Sept ans on passé depuis la naissance de la belle Janelle. Sept longues années, où la petite fille a dû supporter les crises de sa mère, les crises de colère où la jeune femme ne se contrôlait pas et faisait regretter à la pauvre enfant d'être née. Mais Janelle ne comprenait pas, elle était beaucoup trop jeune pour ça. Elle voyait simplement sa mère en colère contre elle, contre son père. Son papa était beaucoup plus présent, il aimait sa fille cela se voyait. Il en était fou amoureux. Il aurait tout fait pour elle, absolument tout. S'il avait fallu se prendre une balle entre les deux yeux pour la sauver de n'importe quelle situation, Beau l'aurait fait sans aucune hésitation. Il pouvait mourir pour elle. Tandis que la jeune maman n'avait pas la même vue sur la chose. Elle n'aimait pas la petite fille qui vivait chez elle, pour Jeanne, Janelle n'était rien d'autre qu'un monstre, un parasite qui n'était là que pour lui voler sa liberté. Janelle encaissait sans broncher, c'était presque normal. Elle était habituée, elle avait été élevée comme ça.
Le jour de ses sept ans, Janelle n'eut aucun cadeau si ce n'est le sourire de sa mère. Pour la première fois la jeune femme souriait. Le contrat arrivait à terme, elle était libre. Tout était planifié depuis bien trop longtemps déjà. Le premier janvier elle prenait l'avion pour la septième destination et elle commençait une nouvelle vie. Tout semblait parfait, sauf que, comme souvent, il y avait une ombre au tableau. Beau, le père de Janelle, n'était pas là. Il n'était pas dans le lit conjugal comme tous les matins depuis sept ans. Il n'y avait personne, Jeanne ne sentait rien autour d'elle. Janelle de son côté dormait profondément ne se souciant de rien, ne sachant pas ce qui se passait quelques portes plus loin. L'enfant fut réveillée par un « L'enfoiré ! » venant de sa mère. Janelle était descendue du lit et était partie trouver sa mère dans sa chambre. La petite fille aux cheveux d'or regardait sa mère en essayant de comprendre ce qu'il se passait. « Qu'est-ce qu'il y a maman ? » avait-elle demandé innocemment. « M'appelle pas maman ! » avait simplement répliqué Jeanne avant de sauter hors du lit, attrapant sa robe de chambre, pour fouiller la maison à la recherche de son conjoint. Malgré la haine que portait Jeanne envers sa petite fille, Janelle n'avait jamais appelé sa mère autrement que ''maman''. Pour elle son attitude était presque normale.
Finalement Jeanne comprit que Beau était parti. Il n'était pas parti dans l'optique de revenir un jour prendre soin de sa fille. Non il était simplement parti, pour toujours, il était retourné parmi les anges. De quoi faire enrager Jeanne qui se sentait trahit. Son plan en apparence si parfait venait de tourner au cauchemar. Ce matin là s'annonçait être un des plus beaux jours de l'année, elle allait enfin quitter cette vie et laisser ses erreurs derrière elle. Mais avec la disparition de Beau il s'avérait qu'aujourd'hui n'allait finalement être qu'un autre jour parmi tant d'autres. Et même si l'idée d'abandonner sa fille à l'aéroport lui avait traversé l'esprit, Jeanne ne pouvait pas. La police était venue toquer à sa porte quelques heures après le réveil pour vérifier l'identité d'un jeune homme retrouvé dans sa voiture, mort. Personne ne sait comment, ni pourquoi il était mort. Mais maintenant que la police savait qu'il était en couple depuis sept ans avec Jeanne et qu'ensemble ils avaient eu Janelle. L'abandon de sa fille était devenu impossible. Elle devait donc se résigner à garder sa fille et de retourner en France. Plus rien ne la retenait ici, en Australie. Il était temps pour elle de rentrer.
Janelle n'avait pas tout de suite compris qu'elle ne reverrait plus jamais son papa, les vagues australiennes, les kangourous et tout ce que la vie lui avait offert jusqu'à maintenant. Sa vie venait de s'achever. Jeanne lui avait dit qu'elles partaient toutes les deux en voyage chez papi et mamie en France pour son anniversaire et que le séjour risquait de s'éterniser. Janelle avait acquiescé sans rien dire, de toute manière elle n'avait pas son mot à dire. Dans l'avion elle n'avait rien dit du tout. Et simplement avant d'atterrir elle avait demandé : « Pourquoi avec papa vous vous aimez plus ? » Sa mère l'avait toisé avant de lui répondre « Oh, mais je l'aime ton papa, je l'aime autant que toi. » avant de refermer les yeux et de remettre ses écouteurs. Pourtant ,cela ne signifiait pas du tout qu'elle aimait le père de Janelle, au contraire. Cela voulait dire qu'elle le détestait. Et c'était presque compréhensible puisqu'il venait, une deuxième fois, de lui gâcher la vie et cela, pour toujours.



❝Les amis ! L'amour est mort !❞
France - Montpellier.

Une nouvelle ville, une nouvelle vie. Avec seulement une mère qui vous déteste. Comment réagir à cela ? Janelle avait toujours vécu avec ce mal-être, c'était presque normal pour elle. Pourtant, lorsqu'elle est arrivée en France, elle a très vite vu ce que ce n'était pas normal d'avoir une telle relation avec celle qui nous a mis au monde. Elle en a réellement pris conscience vers l'âge de douze ou treize ans. La relation que la française entretenait avec sa mère fascinait totalement Jane, qui n'avait pas l'habitude de voir une mère et sa fille aussi proche.
Jane venait souvent dormir chez Cléo, cela soulageait sa mère et celle-ci pouvait faire ce que bon lui semblait. Mais en attendant Jane pouvait observer sa meilleure amie interagir avec sa mère. Elle les observait à table pendant tout le repas, sans bouger, sans parler. Elles avaient l'air si proche, Jane pouvait sentir l'amour que portait la maman de Cléo pour sa fille. Janelle n'était pas du tout jalouse de cette relation, elle trouvait cela adorable, mais cela s'arrêtait là. Elle n'envisageait pas une seule seconde une telle relation avec sa mère. De toute manière elles ne se voyaient quasiment jamais, alors cela n'était pas possible. Tout ce que Janelle et sa mère partageait, c'était le sang qui coulait dans leurs veines respectives.
Cléo était toujours choquée lorsque Jane lui racontait ce qui se passait chez elle, lorsqu'elle lui racontait sa vie en Australie et même sa vie en France.
« Comment ça ta mère te déteste ? » demanda Cléophée pour l'énième fois depuis leur rencontre. « Je sais que je te pose la question presque tout le temps, mais j'arrive pas à comprendre. Ta mère, c'est ta mère. Tu ne peux pas avoir ce genre de relation avec elle. C'est impossible ! » Et pourtant, c'était bien la réalité de la belle blonde. « Ben si.. Je veux dire... C'est sûrement parce que j'ai toujours vécu ça. C'est normal. » Janelle détestait dire ça, dire que c'était normal. Elle mentait, elle se mentait à elle-même. Elle savait pourtant que ce n'était pas normal. Il n'y avait rien de normal dans cette stupide relation. Rien dans toute cette haine que la jeune fille recevait depuis maintenant treize années étaient normales. Mais c'était bientôt la fin, Jane le sentait. « Normal... Normal.. » Les mots que Cléo répétait sonner totalement faux aux oreilles de Jane. Il fallait qu'elle change de conversation et vite. « Et sinon... Nicolas ? » Le sujet préférait des filles de leur âge.
Nicolas était l'un des plus beaux garçon du collège que fréquentaient les deux jeunes filles. Nicolas était parfaitement parfait. Il était beau, son sourire, ses yeux, ses traits, son corps... Tout chez lui était parfaitement parfait, c'était irréel. Pourtant, ce qui était encore plus irréel était le fait que le plus beau garçon du collège était miraculeusement tombé amoureux de Cléophée, une petite brune, pas très grande, mais tout de même très mignonne. Depuis ils filaient le parfait amour. Janelle n'était pas jalouse du couple. Ce genre de truc ne l'intéressait pas du tout. Elle trouvait cela nul et sans intérêt. En réalité c'était parce qu'elle avait une image faussée de l'amour. Avec l'image qu'elle avait de l'amour que partageait son père et sa mère, Janelle était persuadée que cela n'existait pas. Que ce n'était qu'une pure illusion créait par les films, la musique et toutes les choses qui peuvent être vendue à des femmes de tous âges. Mais ça ne fonctionnait pas sur Jane, pour elle l'amour était mort le jour de la mort de son père. Le jour où elle comprit qu'elle n'était pas le fruit de l'amour, mais le fruit d'une grosse bétise. Pourtant, elle n'avait jamais entendu parler du pacte qui avait unit ses parents pendant sept longues années et heureusement pour elle. Si elle en apprenait l'existence elle en serait sûrement dévastée.
« Oh tu sais.. l'amour » avait répondu Cléo qui était en train de sourire bêtement en repensant à son cher amoureux. Jane aurait voulu lui répondre que justement elle ne savait pas, et qu'elle ne ressentirait jamais ce sentiment qui unit deux personnes pour le meilleur et surtout le pire. Janelle savait qu'elle ne tomberait jamais amoureuse, elle était trop intelligente pour ça.



❝De toute manière t'es pas mon père !❞
France - Montpellier.

Sept longues années de passée en Australie, sept autres en France et voilà que Janelle se retrouve encore une fois à déménager, pour des raisons presque similaires. C'était comme une malédiction qui venait s'abattre sur la jeune fille tous les sept ans. Tous les sept ans quelqu'un mourrait. La première fois c'était son père, son cher père qui fut le premier à l'aimer. La deuxième fut sa mère, sa chère mère qui fut la première à la haïr. Deux personnes aux caractères si différents qui, pourtant, on eut le même destin tragique. Le père est mort dans la nuit du trente décembre dans ce qui ressemble à un accident de la route. La mère de la jeune fille est, elle aussi, morte dans un accident de la route dans la nuit du trente décembre. La veille des quatorze de sa fille, sept ans exactement après la mort de Beau. Que de ressemblance et en même temps de différences.
Le matin du trente et un décembre la police vînt toquer à la porte de l'appartement où vivait Janelle. Elle ne fut même pas choquée de les voir débarquer si tôt. Deux hommes en uniformes à l'air sévère. Janelle, encore en pyjama, leur sourit et les fit entrer. « Vous êtes là pour ma mère ? » demanda la jeune fille en dirigeant les deux adultes vers le salon. Elle n'avait, en l'apparence, aucune raison de savoir ce qui s'était passé cette nuit-là. Après tout elle était dans son lit une bonne partie de la nuit. « Je ne l'ai pas entendu rentrer ce matin, ou cette nuit. C'est pour ça que je me doute que ça à un rapport avec elle. Elle a fait quoi cette fois ? » reprit la jeune fille comme si elle était la mère de sa mère, et que les deux policiers avaient surpris Jeanne en train de dealer ou quelque chose dans le genre. « Du tout, du tout, Mademoiselle. Votre mère... est morte. » commença le premier. « On sait aussi que cela doit être très dure, compte tenu du fait que vous avez perdue votre père. Votre grand-mère nous a dit que vous aviez la possibilité de partir chez votre oncle. » continua le deuxième. L'oncle de Janelle, elle en avait entendu parler par sa mère. Il s'appelait Henri, ou quelque chose dans le genre. Il avait l'air plutôt sympa, pourtant elle ne voulait pas partir. Quitter une nouvelle fois ces amis, ce n'était pas envisageable. Elle était grande maintenant, elle se débrouillait seule depuis très longtemps, elle s'en sortirait haut la main. « Vous n'avez pas le choix Mademoiselle. Votre grand-mère nous a dit qu'elle n'était pas en état de s'occuper de vous, surtout qu'elle vous trouve trop... » Trop quoi?! pensa la jeune fille. Sa grand-mère était partie raconter tout un tas de mensonge, encore une fois. Comme sa mère, sa grand-mère ne pouvait pas se voir sa petite-fille. À croire que toutes les femmes de cette famille haïssaient cette enfant. « Trop turbulente et indisciplinée. » « Oui, en gros que vous n'êtes pas gérable. » Ça n'étonnait même pas Janelle. Elle roula des yeux et eut un petit sourire. « Je dois donc faire mes valises pour Londres ? Génial. Vous pensez que ma chère grand-mère me payera le voyage ? » fit la jeune fille, provoquant les policiers. Elle n'était pas spécialement énervé, enfin si elle était folle de rage à l'intérieur. Elle n'en revenait pas que ces deux idiots aient totalement marché dans le plan de sa chère grand-mère. « Aucune idée Mademoiselle. Mais nous aurions quelques questions à vous poser au sujet de votre mère. » Janelle fit les yeux ronds. Elle n'en revenait pas d'être soupçonnée de quoi que ce soit. « Vous voulez savoir si je l'ai tué ? Si je vous dis comment j'ai été traitée depuis ma naissance tout porterais à croire que je suis coupable, mais elle n'est pas morte ici, alors que j'étais chez moi toute la soirée. Alors, je ne pense pas que vous ayez à me soupçonner de quoi que ce soit. Sur ce, si vous le permettez, je voudrais être seule pour réfléchir, me préparer et éventuellement me poser pour... enfin vous comprenez ? » « Oh oui, oui bien sûr. On va vous laisser. Mais rester joignable s'il vous plaît. »
Une fois les deux policiers Janelle attrapa sa valise, mit tous les vêtements qui lui tombaient sous la main et partit chez sa grand-mère réclamer de quoi partir chez son oncle. Après tout elle avait inventé cette histoire pour ne pas l'avoir dans les pattes, alors elle lui devait bien un billet d'avion.
Janelle ne s'attendait pas à avoir une vie des plus merveilleuses à Londres, elle ne connaissait presque pas son oncle, mais cela ne pouvait pas être pire qu'en France. Et de toute manière il n'avait rien à dire sur son éducation, après tout il n'était pas son père.



❝Vous avez pas le chauffage dans les rues ?!❞
Angleterre - Londres.

Seulement quelques heures plus tard, Janelle était arrivée à Londres. Son oncle, Henri, l'attendait de pied ferme devant l'aéroport. Toujours la même chose, tous les sept ans Janelle découvrait une nouvelle ville, un nouvel endroit, un nouvel aéroport. En descendant de l'avion la jeune fille s'était demandée où elle en serait dans sept ans, qui serait mort, où, quand, comment, pourquoi. Tant de questions sans réponses.
Un jeune homme, d'environ vingt-cinq ans, se tenait devant une petite voiture noire. Il était plutôt mignon. Les cheveux courts, de magnifiques traits, il portait un magnifique costard. Janelle se dit, dans sa tête, qu'il était vraiment pas mal. Elle chercha du regard son oncle, sans grand succès. Personne à l'horizon semblait assez vieux et moche pour être son oncle. La jeune fille se résigna et s'assit sur un banc, sa valise devant elle, attendant Henri.
Le jeune homme s'avança vers elle, Jane ne pû s'empêcher de sourire bêtement. Il avait peut-être flashé sur elle. Il s'avança vers la jeune fille et demanda poliment s'il pouvait s'asseoir à côté d'elle. Janelle acquiesça, elle ne voyait aucun inconvénient à ce qu'un beau garçon s'installe à côté d'elle. « Il fait super froid ici ! Vous connaissez pas le chauffage extérieur ? » demanda la jeune fille, comme si elle était contrainte de faire la conversation. Le jeune garçon laissa échapper un petit rire. « On s'y fait, tu verras. Tu viens d'où toi pour être aussi frileuse ? » « Je suis née en Australie, mais dernièrement j'étais dans le sud de la France. » expliqua-t-elle sans se souciait de savoir si elle venait juste de le rencontrer ou non. « Ouah, tu en as de la chance. Et tu viens faire quoi du coup ici ? » Il posait beaucoup de questions, mais Janelle ne se sentait pas mal à l'aise, au contraire. « Longue histoire... Mais en gros je viens vivre chez mon oncle. » « C'est fou, moi j'attends ma nièce. Je ne sais même pas à quoi elle ressemble. Je crois que je suis le pire oncle qui existe... » Janelle fronça les sourcils, se demandant s'il était possible que son horrible grand-mère est pu mettre au monde deux enfants aussi différents. « Si je vous dis que je ne sais même pas à quoi ressemble mon oncle, ça peut vous rassurer ? Je sais seulement qu'il s'appelle Henri... et qu'il voudrait bien réussir sa vie, être aimé... » chantonna la jeune fille, avant d'éclater de rire. « Tu sais que ce n'est pas bien de se moquer de mon prénom ? » lâcha le jeune homme, avant de se rendre compte de ce qu'il venait de dire. « Janelle ? » « Henri ? » répondit Jane sur le même ton, avant de reprendre « Mais, t'es même pas vieux, moche et ridé ?! Comment c'est possible ? Tu vas devoir me filer ta potion magique ! » Henri se mit à rire avant de passer sa main dans ses cheveux pour bien montrer qu'il était encore beau, jeune, fort et super sexy.
Janelle n'en revenait pas d'avoir un oncle aussi mignon, mais surtout gentil. C'était presque comme si, pour elle, tous les adultes de sa famille étaient toutes des personnes sans coeur. Alors que son oncle avait l'air d'être une personne totalement différente, à des années lumières de sa mère, de sa grand-mère, à croire qu'il avait été adopté.
Et puis la vie de Janelle prit une allure totalement normal. Pour la première fois de sa vie la jeune fille avait réellement l'impression d'être à sa place. Elle avait des amis, elle allait à des soirées, elle allait au lycée. Tout était parfait. Son oncle la laissait faire absolument tout ce qu'elle voulait, des soirées à son appartement, sortir jusqu'à pas d'heures. Elle vivait, elle se sentait vivante. C'était étrange d'être tout à coups livrée à elle-même sans que ce soit forcée parce que sa mère veut absolument avoir l'appartement pour elle et ses éventuelles compagnons d'un soir. Mais Henri était différent. Il se souciait réellement de ce que Janelle pensait, il aimait savoir ce qu'elle avait fait au lycée, avec qui elle traînait, si elle avait des petits copains. Elle se sentait aimée, et que cela vienne de quelqu'un d'autre que son propre père touchait beaucoup Jane. Parce qu'au fond, malgré tout ce qu'elle dit, Jane est comme les autres, elle a elle aussi besoin d'amour.



❝Dis, tu connaitrais pas un blond aux yeux bleus super sexy ?❞
Angleterre - Londres.

L'amour, l'amour. Janelle n'en avait jamais réellement entendue parlé. Malgré ses seize années sur terre elle n'avait jamais eu l'occasion d'expérimenter le concept de l'amour. Le bonheur partagé par deux personnes. Elle se demandait quelquefois ce que cela pouvait faire de rencontrer le grand amour, l'âme soeur. Et puis elle se souvenait ce que l'amour, ou l'amour faux, pouvait faire et l'idée de vouloir rencontrer le garçon qui pourrait faire battre son coeur s'échappait de son esprit comme une volée d'oiseau. Elle n'avait pas envie d'expérimenter l'amour au final, simplement des relations physiques, cela lui suffisait. Elle ne voyait pas l'intérêt de ''s'abrutir'' avec quelqu'un alors que l'on pouvait avoir tout ce dont on avait besoin en demandant simplement.
Janelle sortait beaucoup depuis qu'elle était arrivée à Londres, cela la changeait beaucoup de la France. Évidemment elle sortait aussi beaucoup là-bas, mais pas de la même manière. Ici elle sortait pour son propre plaisir, elle se débrouillait toujours pour trouver le bon plan de la semaine. Avec sa meilleure amie c'était toujours le même rituel, elles passaient la semaine à faire jouer leur réseau d'ami pour trouver la fête où il fallait être, et l'avantage de vivre dans une grande ville pour Londres c'était qu'il y avait toujours une fête d'organisée le samedi ou le vendredi soir. Et quoi de mieux pour finir la semaine qu'une bonne fête digne de ce nom ? Ce n'allait pas être Henri qui allait dire le contraire et réprimander sa nièce de trop sortir, il la poussait constamment à sortir, voir du monde, expérimenter la vie. Pour lui on ne vit qu'une seule fois, alors il faut absolument en profiter.
Et l'avantage avec ces fêtes, c'était que l'on y rencontrait toujours de nouvelles personnes, des fois on faisait des rencontres que l'on préférait oublier et puis d'autres beaucoup plus intéressante. C'est à une fête d'une des filles de sa classe, que Jane a rencontré Marlon, et sa bande. Le garçon avait à faire un pari avec un de ses amis. Il avait besoin de son aide et vu que Janelle est une fille absolument adorable elle l'avait aidé. Elle lui avait offert sur un plateau toutes les filles de la soirée, elle inclue. Évidemment cela impliquait une contre partie. Janelle était dans un lycée de fille à l'époque, les garçons étaient donc une chose extrêmement rare et convoitée en soirée. Alors, elle voulait elle aussi avoir des garçons servis sur un plateau, elle voulait voir qu'elle plaisait et quoi de mieux que tout un tas de garçons, autour d'elle, prêt à tout pour se retrouver dans une chambre rien qu'à deux ? Et c'est ainsi que leur amitié était née. Cela c'était fait presque naturellement, finalement. Une entraide mutuelle. Ils ne se voyaient pas à la lumière du jour, préférant les soirées pour pouvoir se revoir. Ils ne se tenaient jamais au courant des soirées auxquels ils se rendaient. Ils se retrouvaient toujours au même endroit, dans la cuisine devant le frigo, au même endroit qu'à la fête de Lindsey, où elle avait accosté pour la première fois. Depuis ce jour, dans chaque fête où elle allait, la jeune fille se dirigeait toujours dans la cuisine pour se servir à boire et surtout vérifier si Marlon était là, elle n'avait pas un béguin pour lui à l'époque, loin de là, elle trouvait simplement ça marrant de baratiner les filles d'aller draguer le petit blond, c'était son jeu, c'était leur jeu.
« Tu m'attends ? Je passe me prendre un truc à boire avant de faire le tour du propriétaire. » lança Janelle en arrivant à la soirée du meilleur ami du nouveau copain de Yonah, la meilleure amie de Janelle. « Pour ne pas changer. Tu vas rejoindre ton amoureux secret. » affirma la petite brune. « Si tu parles de la bière, alors oui. Sinon, non. » Sur ces mots, Jane se dirigea vers la cuisine, comme à son habitude. La pièce était toute petite et déjà remplie de bouteille en tout genre. Un gros bidon de bière trônait sur la table, la jeune fille attrapa un gobelet, se servit et partit s'asseoir sur le comptoir, attendant patiemment que quelqu'un arrive. Quelques minutes passèrent, pendant lesquelles la jeune fille mâchouillait son gobelet essayant de savoir qui allait être les victimes du plan de la soirée. Finalement un petit blond rentra dans la cuisine, les mains dans les poches. Jane était toujours perdue dans ses pensées lorsque le garçon l'interpella. « Oh Janelle, tu m'sers une bière ? » lança Marlon espérant réveiller la petite blonde. Jane leva la tête et sourit à Marlon en lui lançant un gobelet vide. « Soit grand et sert toi en un tout seul. » Le garçon s'exécuta. « Alors, tu as ramené du mâle ce soir ? » reprit la jeune fille, curieuse de savoir si ce soir elle allait devoir rentrer seule dans le grand appartement de son oncle, ou si elle allait avoir de la chance. « Tu as ce que je veux ? » « J'ai toujours ce que tu veux, tu devrais le savoir depuis le temps. » La jeune fille descendit du comptoir, tapa sur l'épaule du garçon et se dirigea vers la porte de la cuisine. Sans se retourner elle lui lança : « Yonah a la permission de une heure du matin. » Puis elle se dirigea vers le salon, là où la musique et l'ambiance était au rendez-vous. Il ne lui restait plus qu'à faire passer le mot que Marlon Kwanter était le garçon le plus sexy de la soirée, et pour cela elle avait sa petite technique.
Mais ces souvenirs étaient bien loin maintenant. Janelle se trouvait à présent dans sa chambre, toujours chez son oncle. Elle avait bien eu le droit de prendre son propre appartement, de quitter le nid familial et de voler enfin de ses propres ailes, mais quelque chose l'en empêcher. Elle ne voulait pas se retrouver seule. Seule avec ses souvenirs qui, déjà, était trop présent. Quelquefois elle se remémorait ses soirées de lycéenne. Elles lui manquaient beaucoup. Depuis la dernière année de lycée elle n'était plus réellement sortie, privilégiant sa dernière année de cours afin de réussir son diplôme et pouvoir intégrer l'école qu'elle voulait. Elle ne voulait pas aller n'importe où. Elle avait sa petite idée déjà, intégrée une école de médecine. Elle ne savait pas vraiment laquelle, n'importe laquelle pouvait faire l'affaire en réalité. De toute manière elle savait qu'elle le jouerait au hasard, comme l'avait fait sa mère des années auparavant. Elle attendait la rentrée avec impatience, voir qui allait être sur le campus. Mais surtout avec qui elle allait se retrouver à faire la fête. Secrètement elle espérait le revoir, mais le temps avait passé, de l'eau avait coulé sous les ponts. Et la jeune fille était persuadée qu'il ne se souvenait plus d'elle, après tout elle n'avait pas donné de signe de vie depuis des millénaires, mais cela allait changer. Ce n'était plus qu'une question de temps.


Dernière édition par Janelle A. Hodgkin le Jeu 1 Nov - 14:59, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
postes : 91
Date d'arrivée : 28/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 11:00

Bienvenuuuuue
J'aime le titre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 11:04


Une belle inconnue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 11:12

Merci Winnie, j'adore ton prénom au passage

Oh un inconnu sexy
Quand tu veux tu m'envoies une invitation dans ton lit
Revenir en haut Aller en bas
avatar
∞ maxiel
we're beautiful like diamonds in the sky
postes : 176
Date d'arrivée : 26/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 11:30

Mon Dieu, j'ai riz avec ton titre !

Bienvenue, bon courage pour ta ficheeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !

_________________
    → your hand fits in mine.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

    you can't go to bed without a cup of tea and maybe that's the reason that you talk in your sleep. and all those conversations are the secret that i keep, though it makes no sense to me. ► sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CASSIAwe we're fuckin born to die
postes : 349
Date d'arrivée : 27/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 11:37

J'adore le titre... Bienvenue ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
KEN ♡ always forgive, never forget.
postes : 194
Date d'arrivée : 26/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 11:37

Marlon et Janelle floodant sur la même fiche. Moi j'surveille
WELCOME, EN PASSANT, HEIN.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 11:42

Du moment que mon titre amène de la gaieté dans la vie des gens, moi je suis tout à fait pour. Venez rire avec moi

Merci Maxéis
Merci Cassia, avec Scoddeers Une pure bombe cette fille c'est affreux

Surveille, surveille Kenael, tant que tu n'as pas de preuve tu ne peux rien faire.Et si tu dois nous arrêter met nous dans la même cellule. Merci I love you
Et puis Merci quand même I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 12:16

WELCOOOOOOOOOOOOME Et ton titre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 12:19

Merciii Leïla, avec Agron
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 12:25

Et toi, avec miss Robb quoi Réserve-moi un lien pleaseeeeeeeeeeeeeeeeeuh
Revenir en haut Aller en bas
avatar
DANstaffement vôtre, biatches
postes : 436
Date d'arrivée : 28/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 12:28

LA FAMEUSE JANELLE.
Heureux de te voir sur le forum, on t'avait attendu. Excellent choix de scénario en tout cas, toute la bande va être au complet. Bienvenue officiellement sur le forum et bonne chance pour ta fiche. I love you

_________________

IMAGINE DRAGONS
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« I'm sorry, brother, I'm sorry, I let you down. Well, these days you're fine. No these days you tend to lie. You'll take the West train, just by the side of Amsterdam. Just by your left brain, just by the side of... •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 12:37

Of course, venant réserver vos liens les petits

La fameuse ouaip
Oh j'étais attendue en plus
Merci beaucoup à toi I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 15:17

Pleure pas Kenny, c'est la mère porteuse de notre prochain gosse
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 15:37

Comme si j'allais laissé un gosse me pourrir ma ligne, si en plus je peux pas en profiter. Rêve pas trop Marlon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
+ HOPELESS WANDERER.
postes : 92
Date d'arrivée : 26/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 22:12

Excellent choix mammaaaaaaaaaaa bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mar 30 Oct - 22:23

Merci sexy Sheeran (le nom de famille+le sexy Loulou JE MEUUUURT)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
+ HOPELESS WANDERER.
postes : 92
Date d'arrivée : 26/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mer 31 Oct - 1:45

tu feras pas de mal à mon marlon hein dis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mer 31 Oct - 3:51

Promis, juré, craché (et je vais pas craché c'est pas mon genre.)
Croix d'bois, croix d'fer,
si j'mens j'vais en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
postes : 81
Date d'arrivée : 27/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mer 31 Oct - 11:01

ROBB, ayé suis morte
bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mer 31 Oct - 11:04

T'as intérêt mon bichon, sinon j'ai cinq copains qui viennent t'étriper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
KEN ♡ always forgive, never forget.
postes : 194
Date d'arrivée : 26/10/2012

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mer 31 Oct - 11:05

Et moi en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mer 31 Oct - 11:39

Euh ... D'accord ... Mais j'vous préviens je connais le kung-fu, le karaté, le judo, le taekwondo et tous pleins d'autres mots qui font peur

Oh le bébé Grande Merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi... Mer 31 Oct - 11:59

Bienvenue à toi la belle
Cette femme est une vrai poupée elle est sublime
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi...

Revenir en haut Aller en bas

(JAH) ❥ J'ai entendu dire que la police recherchait activement un violeur en série, donc j'ai sauté sur mon téléphone. Mais ils m'ont dit que ce n'était pas une offre d'emploi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» offre d'emploi en milieu familial Boucherville
» Offre d'emploi : direction de la médiathèque de Roanne
» offre d 'emploi animateur en Ehpad 60
» Offre d'emploi, Animateur BP JEPS, Urgent, Paris
» offre d'emploi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BREATHE AGAIN :: II - THIS IS YOUR SONG :: if you seek me :: goodbye my friend-